UN(E) CONSULTANT(E) NATIONAL(E) EN GENRE - SSA11 WAE - ANTANANARIVO (174607)

  • TITRE : Consultant(e) National(e) en Genre
  • TYPE DE CONTRAT : Contrat de Service Spécial 
  • UNITE/DIVISION : Programme
  • LIEU D’AFFECTATION (Ville, Pays) : Antananarivo/Madagascar
  • DUREE DE L’AFFECTATION : 43 jours travaillés jusqu’au 31 Décembre 2022
  • DATE DE PUBLICATION :4 Octobre 2022
  • DATE DE CLOTURE : 10 Octobre 2022

Le PAM recrute au nom de l’ARC un(e) Consultant(e) National(e) en genre pour effectuer une analyse approfondie du genre sur la Gestion des Risques de Catastrophe (GRC) à Madagascar.

A PROPOS DU PAM

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim et la malnutrition dans le monde. Le PAM œuvre pour un monde où chaque homme, femme et enfant a accès en permanence à suffisamment de nourriture pour mener une vie saine et active.

A PROPOS DE ARC

African Risk Capacity ou ARC est une agence spécialisée de l’Union africaine créée pour aider les gouvernements africains à améliorer leurs capacités à mieux planifier, préparer et répondre aux événements météorologiques extrêmes et aux catastrophes naturelles.

CONTEXTE GENERAL 

Madagascar est une grande île située dans le sud-ouest de l'océan Indien. A l’Ouest, le canal du Mozambique le sépare du continent africain et à l'Est se trouve l’océan Indien. S'étendant sur 1 600 km du nord au sud et 580 km de large, il a une superficie de 587 041 km2 avec 5 603 km de côtes. Son relief est varié, et montagneux à l'intérieur, bien que la montagne plus élevée ne dépasse pas 3000 m. Dans l'ensemble, le pays est caractérisé par un climat tropical avec deux saisons distinctes : (1) la saison des pluies ou l’été allant d’octobre à mai, avec les précipitations les plus élevées en décembre et janvier ; et (2) l'hiver ou saison sèche, de mai à octobre, avec les précipitations les plus faibles en septembre et octobre.

Selon la révision 2022 des Perspectives de la population mondiale[1], la population totale était de 28 915 653 en 2021, contre seulement 4 084 000 en 1950.

La température moyenne annuelle varie entre 23°C et 27°C. Au Sud-Ouest, le climat est semidésertique et la région est portée vers la sécheresse. Dans la région de la côte Est, le climat est tropical et humide, et le pays est régulièrement confronté à quatre risques naturels majeurs, à savoir :  les cyclones/tempêtes tropicales, les inondations, les sécheresses et les invasions de criquets. Madagascar est également l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique, notamment en raison de l'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes ces dernières années.

Le Gouvernement de Madagascar a commencé à se concentrer sur les opérations de secours postcatastrophe vers une gestion proactive des risques de catastrophe (GRC) et des mesures visant à accroître la résilience climatique. Depuis 2015, le pays a réalisé d'importants progrès dans le renforcement de son cadre de GRC. Malgré ces progrès, le cadre politique de GRC de Madagascar présente encore quelques lacunes stratégiques, financières et sectorielles.

Genre et gestion des risques de catastrophe

L’Article 6 de la Constitution de Madagascar de 2010 stipule ceci : 

 Tous les individus sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés   fondamentales protégées par la loi sans discrimination fondée sur le sexe, le degré d'instruction, la fortune, l'origine, la croyance religieuse ou l'opinion. La loi favorise l’égal accès et la participation des femmes et des hommes aux emplois publics et aux fonctions dans le domaine de la vie politique, économique et sociale. 

Un certain nombre de lois traitent des droits des femmes et des enfants dans le contexte familial. Pourtant, il n'existe pas de politique ou de stratégie globale pour promouvoir l'égalité des sexes dans le pays. Une nouvelle politique sur l'égalité entre les femmes et les hommes est en cours d'élaboration

sous les auspices du ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF[2]). 

Le Plan d’Emergence 2019-2023 de Madagascar vise à fixer le cadre global de planification nationale et définir les actions et programmes prioritaires y compris ceux portant sur les risques des catastrophes naturelles. La nouvelle stratégie du gouvernement sur la mise en place des mesures pérennes pour lutter efficacement contre le KERE (Sècheresse) et autres aléas dans le Sud de Madagascar rime avec les Nouveaux Projets d’Emergences (NPE) qui reflètent les priorités sectorielles ainsi que l'autonomisation des femmes et la protection des enfants.  Le Plan d’action pour la mise en œuvre des NPE dans le Sud comprend 13 résolutions dont la résolution 13 (environnement) vise à renforcer les capacités des communautés pour résister aux effets néfastes du changement climatique. 

Le Gouvernement de Madagascar a créé des cadres juridiques et politiques pour faire progresser l'égalité des sexes. Cependant, des normes et croyances socioculturelles profondément ancrées bloquent souvent la pleine réalisation des droits et obligations inscrits dans ces structures. Les normes de genre agissent comme des obstacles majeurs à la résilience des femmes et sont largement à l'origine de la plupart des causes intermédiaires de la résilience limitée des femmes en période de crise, de catastrophe et d'autres chocs. Pendant les catastrophes, les femmes continuent d'être chargées de répondre aux besoins fondamentaux de la famille, ce qui pèse énormément sur leur santé mentale et physique, les rendant plus vulnérables. Cette situation est exacerbée par les normes, rôles et responsabilités traditionnels qui les excluent de la prise de décision, ce qui pourrait alléger cette charge de temps.

Si les perspectives de genre sont ignorées dans la gestion des risques de catastrophe, les stratégies et les réponses renforceront les inégalités existantes entre les sexes et limiteront les opportunités, y compris le renforcement des capacités d'adaptation. « Aborder les questions de genre contribue donc à réduire les vulnérabilités des femmes et augmente leur résilience pour surmonter les impacts des catastrophes » (UNISDR 2009).

Programme de l’ARC Madagascar 

La République de Madagascar a signé l’Accord (le Traité) portant création de la Mutuelle panafricaine de gestion de risques (African Risk Capacity ou ARC) le 31 janvier 2014 ainsi qu'un Protocole d'Accord avec l'ARC en avril 2015 dans le cadre du renforcement de capacité du Groupe de Travail Technique (GTT) du pays à développer un profil de risque, à élaborer des plans d'urgence pertinents et à déterminer le niveau de risque à transférer à l'ARC. Le programme ARC est coordonné par la Cellule de Prévention et d'appui à la Gestion des Urgences à la Primature (CPGU). Le travail technique est effectué par le GTT, qui comprend des fonctionnaires de la CPGU, du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC), du Ministère de l’Agriculture, du Département de Météorologie, du Ministère de l'Environnement, du Ministère de l’Economie et des Finances, et de nombreuses autres parties prenantes, dont le PAM, l'UNICEF, FEWSNET, et certaines universités. Madagascar a ratifié le Traité de l’ARC en novembre 2018 et a rejoint pour la première fois le pool de pays assurés par le mécanisme de l’ARC au cours de la saison agricole 2019/2020, avec un soutien au paiement de la prime d’assurance de la part de la Banque africaine de développement (BAD) par le biais de son programme phare quinquennal de financement des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi) (20192023). Avec le soutien au paiement de la prime d’assurance de la part de KfW/BMZ et de la BAD (ADRiFi), Madagascar a également souscrit la première police d'assurance ARC contre les cyclones tropicaux pendant la saison cyclonique 2020/2021.

Depuis sa première adhésion au mécanisme de l’ARC au titre de la saison agricole 2019/2020, le Gouvernement de Madagascar a reçu près de 13 millions de dollars américains de la part du Groupe ARC comme indemnités d’assurance. En effet, le Gouvernement de Madagascar a reçu pour la première fois un versement d’indemnité d'un montant de 2,1 millions USD en juillet 2020 en vue de couvrir les pertes anticipées des moyens de subsistance de sa population vulnérable dues à la mauvaise récolte de la saison agricole 2019/2020. Au cours de la saison cyclonique 2021/2022, le pays a ensuite bénéficié d’une indemnité d’assurance ARC d’environ 10,7 millions USD après le passage du Cyclone Tropical Batsirai  qui a tristement frappé le 5 février 2022 la côte Est du pays  avec son lot de désolations chiffré à plusieurs milliards de dollars. Ces fonds ont été consacrés aux efforts de redressement tels que la construction d'abris temporaires, la reconstruction de résidences, ainsi que la fourniture de semences et d'engrais aux agriculteurs et aux communautés rurales touchés. Enfin, le pays vient de bénéficier d’une indemnité d’environ 800.000 USD par suite du retard des pluies pendant la saison agricole 2021-2022, qui a entraîné des conditions de sécheresse dans le pays, en particulier dans le Grand Sud. Ce versement d’indemnités sera spécifiquement utilisé pour renforcer la résilience d'une partie des personnes touchées par la sécheresse.

Ces trois versements d’indemnités témoignent que les aléas climatiques ne cessent d’augmenter en termes d’intensité et de fréquence d’une part et que le mécanisme d’assurance ARC est  un instrument  efficace  et  pertinent pour renforcer la résilience financière de Madagascar face aux  risques de catastrophe d’autre part.

OBJECTIFS ET RESPONSABILITÉS

Sous la direction du Responsable de l'Engagement Pays avec l'unité Genre de l'ARC, nous cherchons à recruter un(e) consultant (e) national(e) en genre pour effectuer une analyse approfondie du genre sur la Gestion des Risques de Catastrophe (GRC) à Madagascar afin de nous assurer que les politiques, stratégies, activités et résultats prennent en compte le genre et sont transformationnelles. L'objectif est de veiller à ce que la planification et la mise en œuvre de la GRC contribuent à faire progresser l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes de manière inclusive.

Les éléments clés de la mission sont :

Mener une analyse de genre en utilisant la méthodologie d'audit de genre - l'analyse de genre se concentrera sur le secteur de la gestion des risques de catastrophe et produira un rapport avec des recommandations clés qui seront intégrées dans le programme ARC GRC à Madagascar.

À la lumière de ce qui précède, le (la) consultant(e) effectuera une analyse approfondie du genre pour mieux comprendre les défis spécifiques des femmes, des hommes, des garçons et des filles dans la gestion des risques de catastrophe ; les obstacles à l'autonomisation et à la participation des femmes à la GRC et les opportunités d'articulation des politiques pour renforcer l'intégration de l'égalité des sexes dans les processus de planification et de mise en œuvre de la gestion des risques de catastrophe, en faisant des recommandations sur les approches transformatrices en genre capables d'assurer l'égalité des sexes pour les hommes et les femmes vulnérables.

L'adoption d'une approche d'égalité des sexes exige que les projets reconnaissent les différences sociales, les rôles, les attentes et les besoins attribués aux femmes et aux hommes. L'analyse de genre est donc nécessaire pour donner une compréhension et une appréciation approfondies des problèmes socio-économiques, culturels et religieux affectant les femmes et les hommes et les implications de ces problèmes pour le renforcement de la résilience dans le contexte de la GRC.

L'analyse de genre articulera les implications des résultats pour la résilience et la nécessité d'intégrer le genre dans la réduction des risques de catastrophe. L'analyse doit énoncer les constats, les défis, les recommandations et tirer des conclusions. Les résultats devraient inclure une analyse sectorielle, une analyse des données ventilées par sexe pour une identification fondée sur des preuves des différences entre les sexes dans les vulnérabilités, dans l'allocation des ressources, la prise de décision et les opportunités de soutenir et de traiter la réduction des risques de catastrophe.

Toutes les informations doivent être désagrégées par sexe au minimum ; d'autres critères (groupes d'âge, vulnérabilités, rural/urbain, etc.) doivent également être inclus, le cas échéant. En utilisant la méthodologie d'audit, le processus d'analyse doit être participatif et inclusif en assurant des consultations multipartites (entretiens, enquêtes, séances de travail, etc.), y compris des ateliers nationaux (démarrage, validation et planification des actions). L'analyse proposée comprendra les éléments suivants ainsi que toute autre analyse pertinente jugée nécessaire par le (la) consultant (e). Le périmètre du consultant doit couvrir :

Revue de la littérature des documents pertinents, des notes de publication, etc. sur le scénario GRC, y compris les politiques ou stratégies sectorielles pertinentes, la formulation et la conception des politiques nationales d'égalité des sexes et leur niveau effectif de mise en œuvre ainsi que la manière dont l'intégration du genre a été incorporée dans le contexte de la GRC. 

Brève analyse de la situation du contexte national du point de vue de la GRC, donnant un aperçu de la situation actuelle du pays/du secteur du point de vue du genre, illustrée le cas échéant par des références. L'analyse sera présentée dans un format qui identifie « les forces et les faiblesses ». L'analyse examinera les divers facteurs de causalité interdépendants et mettra en évidence les tendances et les forces qui pourraient contribuer au changement global des relations existantes entre les sexes. Il devrait analyser l'intégration du genre dans les politiques sectorielles de GRC, les instruments de planification, les projets et programmes en cours de mise en œuvre. Cette section devrait inclure l'évaluation des besoins en capacités pour intégrer le genre ainsi que le suivi et l'établissement de rapports.

Un rapport d'analyse de genre détaillant, entre autres, le niveau et l'étendue de l'intégration du genre dans les processus de GRC, y compris les institutions, le cadre politique et juridique, les stratégies et les plans aux niveaux local et national, soulignant les défis, les lacunes, proposant des recommandations/stratégies et élaborer un rapport de synthèse.

LIEU D'AFFECTATION, DEPLACEMENT ET ARRANGEMENT INSTITUTIONNEL

Lieu d'affectation : Madagascar, déployé nationalement.

Arrangement institutionnel

  • Le (la) Consultant(e) aura accès aux informations pertinentes nécessaires à l'exécution des tâches dans le cadre de cette mission ;
  • Le (la) consultant(e) sera responsable de fournir son propre poste de travail (c.-à-d. ordinateur portable, Internet, téléphone, scanner/imprimante, etc.) et doit avoir accès à une connexion Internet fiable ;
  • Le (la) consultant(e) doit être disponible pour des consultations et être en contact fiable par e- mail pendant un nombre d'heures défini qui correspond aux heures de travail du Gouvernement ou de l'ARC ;
  • Le (la) Consultant(e) effectuera ses tâches sous la supervision directe du Chef de l'Unité Genre et la direction générale du Responsable de l'Engagement Pays du programme ARC à Madagascar 

EXPÉRIENCES SOUHAITÉES 

  • Expérience approfondie de la recherche et de l'analyse dans le domaine de l'égalité des sexes et au moins dans un autre thème connexe, y compris la gestion des risques de catastrophe, la réduction des changements climatiques et/ou l'adaptation à l'environnement et/ou le développement durable.
  • Bonne compréhension des liens entre la GRC et les questions de genre.
  • Expérience ou bonne connaissance du travail du système des Nations Unies et/ou d'autres partenaires de développement multilatéraux, bilatéraux et de la société civile.
  • Excellentes capacités d'analyse, de rédaction et de communication. 

EDUCATION ET EXPÉRIENCE 

Maîtrise dans l'un des domaines connexes : genre, GRC, changements climatiques, sciences environnementales, développement durable ou diplômes universitaires comparables.

Au moins dix (10) ans d'expérience professionnelle progressivement avancée et pertinente au niveau international et national dans l'intégration du genre dans les projets et politiques de développement ; en particulier dans l'élaboration de manuels et de matériels de formation pour l'intégration du genre sur au moins un autre thème connexe, y compris la GRC, l'environnement et/ou le développement durable.

INFORMATIONS CONTRACTUELLES

  • Il s’agit d’un contrat de 43 jours lorsque le (la) consultant (e) est réellement en position de travail, jusqu'au 31 Décembre 2022. 
  • La date limite d'envoi des candidatures : 10 Octobre 2022

 STAFF DU PAM : Les candidats du PAM doivent postuler par le biais de notre canal interne d'opportunités de carrière :

https://performancemanager5.successfactors.eu/acme?bplte_company=C0000168410P&fbacme_n=recruiting&recruiting%5fns=joblisting%20detail&recruiting_mode=174607&selected_lang=en_GB&jobAlertController_jobAlertId=&jobAlertController_jobAlertName=&browserTimeZone=Africa/Nairobi&_s.crb=XpZed7ds%2bQ3fQaCWgPkhPPvLBFHCQF%2fG6Diw4w0W9g8%3d

CANDIDATURE EXTERNE AU PAM : les candidats externes peuvent postuler à partir de ce lien :

https://career5.successfactors.eu//career?career_ns=job_listing&company=C0000168410P&navBarLevel=JOB_SEARCH&rcm_site_locale=en_GB&career_job_req_id=174607&_ga=2.44745956.1941392549.1664789552-545796267.1594574519

LES CANDIDATURES FEMININES QUALIFIEES SONT VIVEMENT ENCOURAGEES!

Pour accéder au poste vacant et soumettre des candidatures, veuillez suivre les étapes suivantes :

  • Étape 1 : Cliquez sur le lien ci-dessus en fonction de votre statut
  • Étape 2 : Cliquez sur "Postuler" pour vous inscrire et créer votre CV en ligne
  • Étape 3 : Soumettez votre candidature

NB : Vous devez remplir l'étape 3 pour que votre candidature soit prise en compte pour ce poste  

Post a Comment

Plus récente Plus ancienne