Général

Description du titre de la mission
Officier adjoint des affaires civiles
Pays d'affectation
Congo, République démocratique
Date de début prévue
15/02/2022
Objectif de développement durable

16. Paix, justice et institutions fortes
Catégorie bénévole
Spécialiste des Volontaires internationaux des Nations Unies
Entité hôte
MONUSCO
Durée
12 mois (avec possibilité de prolongation)
Lieux d'affectation
Goma

Des détails

Mission et objectifs

La MONUSCO/MONUC a été créée en 1999 sous les auspices du Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies (DOMP). La RCS 2277 (2016) demande à la MONUSCO de soutenir les efforts du gouvernement de la RDC en faveur de la protection des civils, à travers une approche globale impliquant toutes les composantes de la MONUSCO, notamment par la réduction de la menace posée par les groupes armés congolais et étrangers et de la violence contre les civils, y compris la violence sexuelle et sexiste et la violence contre les enfants à un niveau pouvant être efficacement géré par les institutions congolaises de justice et de sécurité ; et soutenir la stabilisation par la mise en place d'institutions étatiques fonctionnelles, professionnelles et responsables, y compris des institutions de sécurité et judiciaires.

Le contexte

L'affectation est non familiale (GOMA)

Description de la tâche

Sous la supervision directe du Coordonnateur de la planification et des rapports des affaires civiles, le Volontaire des Nations Unies entreprendra les tâches suivantes : seront ceux mentionnés dans « Rapports et gestion du programme ». Reporting et gestion du programme 

  • Contribuer à la formulation du plan stratégique provincial de la Mission ; identifier les problèmes émergents et analyser leurs implications ; 
  • Recueillir des informations et préparer des rapports analytiques sur l'impact des problèmes politiques, sociaux et économiques sur la dynamique des conflits au niveau local et comment ceux-ci sont liés aux développements au niveau national (et inversement), et impact sur la mise en œuvre du mandat de la Mission ; 
  • Rapport sur les activités des affaires civiles menées en appui et en coordination avec les autorités locales, les institutions civiles et les ONG ; 
  • Contribuer au suivi et à la planification globale de la mission selon les besoins ; 
  • Préparer ou contribuer à la préparation de divers rapports écrits et communications,  
  • Coordonner avec les responsables du pilier des affaires civiles de la protection des civils (POC) et le coordinateur de la stabilisation et des affaires civiles dans le suivi et l'évaluation sur le terrain des activités programmatiques respectives. 
  • Agir en tant que point focal genre pour la section des affaires civiles en étroite collaboration avec les points focaux genre sur le terrain et le bureau genre de la MONUSCO. 
  • Effectuer d'autres tâches connexes selon les besoins. Protection des civils 
  • Soutenir les mécanismes de protection existants au niveau local dans leurs rapports et analyses des principaux défis à la protection des civils ainsi que des alertes précoces des menaces potentielles contre les civils et des conflits communautaires. Formuler des recommandations pratiques pour les bons offices de la direction de la mission pour aider à relever ces défis et menaces ; 
  • Contribuer à la facilitation et au soutien du dialogue entre les groupes en conflit par l'organisation de réunions structurées, de séances de dialogue et d'activités similaires ; 
  • Soutenir les initiatives qui renforcent les capacités des autorités locales et des fonctionnaires ; 
  • Participer aux missions d'évaluation conjointes et aux équipes conjointes de protection, avec les sections techniques de la MONUSCO, à l'appui de la protection des civils et des activités de stabilisation. Coordination avec le gouvernement/la société civile/les ONG 
  • Participer à l'identification des problèmes nouveaux ou émergents de la société civile et soutenir le développement de programmes pour y faire face ; 
  • Établir et maintenir des contacts avec les interlocuteurs locaux, y compris les représentants des autorités et communautés locales, les acteurs de la société civile, les organisations non gouvernementales ainsi que les représentants des groupes d'intérêt locaux sur la protection des civils et les questions de stabilisation, conformément à la stratégie d'engagement politique de la Mission ; 
  • S'engager et fournir une assistance technique et des conseils aux groupes ou institutions de la société civile qui promeuvent une culture de paix et de réconciliation, à l'appui des priorités de protection de la Mission ; 
  • Apporter un soutien aux événements ou activités (par exemple, forums publics, assemblées publiques) pour favoriser le développement de l'espace politique au niveau local, et en particulier le dialogue et la coopération entre les autorités locales et les groupes d'intérêt concernés ; 
  • Assurer la liaison, assister, coordonner et partager des informations avec le gouvernement local et les acteurs humanitaires/de développement actifs dans la région pour planifier et coordonner les programmes de consolidation de la paix et de développement et d'assistance à la stabilisation.

Critère d'éligibilité

Âge
27 - 80
Nationalité
Le candidat doit être ressortissant d'un pays autre que le pays d'affectation.
Conditions
Expérience requise
3 ans d'expérience en sciences sociales
Domaines d'expertise
Crise et intervention d'urgence
Permis de conduire
OUI Obligatoire
Langues
Anglais, Niveau : Courant, Français requis, Niveau : Connaissances pratiques, Souhaitable
Niveau d'études requis
Baccalauréat ou équivalent en sciences sociales
Compétences et valeurs
Professionnalisme, Travail d'équipe, Respect de la diversité, Intégrité.

Les autres informations

Conditions de vie et remarques

La République démocratique du Congo est le deuxième plus grand pays d'Afrique et, par conséquent, est assez diversifiée. 

Les conditions de vie varient donc entre les lieux d'affectation de la MONUSCO, avec toutes les commodités habituelles présentes dans la capitale Kinshasa, mais seulement des conditions très basiques dans les lieux d'affectation éloignés des provinces, où, par exemple, il peut n'y avoir aucune garantie d'approvisionnement public en électricité ou en eau courante. 

La capacité de vivre et de travailler dans les conditions difficiles et rudes des pays en développement est essentielle. Les logements sont très chers à Kinshasa comme à Lubumbashi. Des supermarchés existent dans les grandes villes (par exemple Bukavu, Kisangani), mais les biens de consommation sont généralement très chers (car tout est importé). Pour la nourriture, les marchés locaux offrent une alternative beaucoup moins chère.

Tous les lieux d'affectation de la MONUSCO sont considérés comme des lieux d'affectation non familiaux, à l'exception de Kinshasa, Lubumbashi et Entebbe, qui sont désormais considérés comme des lieux d'affectation familiaux, et la plupart sont actuellement en phase III de sécurité des Nations Unies ("phase de relocalisation": le personnel recruté au niveau international est temporairement concentré ou relocalisé dans des sites/lieux spécifiés). 

Outre l'insécurité liée à la situation politique relativement instable ainsi que diverses situations de conflit, certains lieux sont sujets à une augmentation de la criminalité de rue et résidentielle, notamment à Kinshasa et à Goma. Un certain degré de services médicaux est assuré dans tous les lieux d'affectation de la MONUSCO. 

Certaines vaccinations sont obligatoires pour le personnel de la MONUSCO pour entrer en RDC, tandis que d'autres sont obligatoires pour toutes les autres personnes entrantes. Il est possible que le personnel entrant de la MONUSCO, y compris les Volontaires des Nations Unies, soit invité à fournir une preuve de certains ou de tous les vaccins, bien que cela soit peu probable. 

Tous les Volontaires des Nations Unies doivent s'assurer qu'ils sont à jour avec toutes les vaccinations appropriées, qui doivent être clairement et correctement endossées dans le certificat international de vaccination ("carte jaune"). Le paludisme est présent pratiquement dans toute la RDC, et il est donc recommandé de prendre une prophylaxie. L'unité monétaire est le franc congolais. 

Le dollar américain est l'autre devise préférée. Il peut être impossible d'échanger des chèques de voyage en dehors de la capitale. Les cartes de crédit sont généralement acceptées dans les grands hôtels uniquement à Kinshasa. Dans les grandes villes (par exemple Kinshasa, Goma, Bukavu, Kisangani), il est recommandé aux Volontaires des Nations Unies d'ouvrir des comptes bancaires en dollars américains, tandis que dans d'autres endroits, les banques peuvent être absentes (y compris les distributeurs automatiques de billets) et les paiements VLA seront traités en espèces. 

Les Volontaires des Nations Unies ont la possibilité d'envoyer une partie de leurs indemnités sur un compte bancaire à l'étranger. Outre le français, il existe quatre principales langues parlées en RDC, à savoir le lingala, le kikongo, le tshiluba et le swahili.

Déclaration d'inclusivité

Les Volontaires des Nations Unies est un programme d'égalité des chances qui accueille les candidatures de professionnels qualifiés. Nous nous engageons à atteindre la diversité en termes de genre, de soins et de caractéristiques protégées. Dans le cadre de leur adhésion aux valeurs du programme VNU, tous les Volontaires des Nations Unies s'engagent à combattre toute forme de discrimination et à promouvoir le respect des droits de l'homme et de la dignité individuelle, sans distinction de race, de sexe, d'identité de genre, de religion, de nationalité, origine ethnique, orientation sexuelle, handicap, grossesse, âge, langue, origine sociale ou autre statut.

Note sur les exigences de vaccination Covid-19

Les candidats sélectionnés pour certains groupes professionnels peuvent être soumis à des exigences d'inoculation (vaccination), y compris contre le SRAS-CoV-2 (Covid-19) conformément à la politique applicable de l'entité hôte.

Post a Comment

Plus récente Plus ancienne